Moisdon-la-Rivière
La Forge Neuve
Les Espagnols
Les Tsiganes
De nos jours
Nouvelles des Amis
Le Camp de la Forge - Fermeture du Camp
Le 24 octobre 1939, il reste 996 Espagnols à Juigné et Moisdon, se répartissant ainsi :
- 688 à la Forge (306 femmes, 356 enfants et 26 hommes invalides)
- 308 à Juigné ( 152 femmes et 156 enfants).

L’arrivée d’autres réfugiés est telle, que l’administration décide de disperser les Espagnols et de les pousser au maximum à rentrer en Espagne. Des lettres de propagande de l’Ambassade d’Espagne en France sont distribuées à cet effet. Franco promet d’accueillir sans poursuites les exilés.
Mensonges... Ceux qui retournent sont aussitôt internés dans les geôles du Caudillo. La répression est féroce. Des milliers de prisonniers sont affectés à la construction de "La valle de los caidos" auprès de l’Escorial. Ce chantier souterrain gigantesque (cathédrale taillée dans le roc) est un bagne terrible. Beaucoup de prisonniers mourront d’épuisement. FRANCO, à sa demande y sera enterré en 1975.

Les camps sont officiellement dissous à la fin du mois d’octobre 1939. Ne restent dans les cantonnements qu’une douzaine de familles. Entre le 1er septembre et le 31 octobre, 28 personnes de Juigné seront renvoyées en Espagne, tandis qu’à la Forge, sur 826, 87 sont parties, plus ou moins volontairement.
De semaine en semaine le gouvernement incite les préfets à accélérer les rapatriements en "raison des dépenses d’assistance". Il faut que les gens fassent la preuve qu’ils vont subir des représailles pour obtenir l’autorisation de rester. Mais le meilleur moyen pour les Espagnols est encore de remplacer les hommes mobilisés, ce qui est le cas aux mines de Rougé et à la carrière de Saint-Vincent-des-Landes.

Après l’invasion de la France par les Allemands, les Espagnols ne sont plus protégés. Une deuxième guerre commence pour eux.
Pour un nombre non négligeable, ce sera de nouveau les camps d’internement français. Beaucoup seront alors livrés par le gouvernement de Vichy à Franco. Les Allemands s’intéressent aussi de près à ces prisonniers un peu spéciaux, ennemis du Reich depuis 1936, en particulier aux membres des Compagnies de Travailleurs espagnols ou à ceux qui se sont engagés dans l’armée française.
Ils seront retirés des camps de prisonniers et directement envoyés à Mauthausen où une majorité sera exterminée. Ce fut le cas de Juan DIEZ FERNANDEZ, le papa de Odelinda.

Date de création : 11/04/2009 @ 09:49
Dernière modification : 11/01/2015 @ 13:18
Catégorie : Le Camp de la Forge
Page lue 1761 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
 
Liste des membres Membres : 13

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 162889  

Webmaster - Infos
Recherche



Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
^ Haut ^