Moisdon-la-Rivière
La Forge Neuve
Les Espagnols
Les Tsiganes
De nos jours
Nouvelles des Amis
Rappels historiques - Le Camp de Moisdon
A l’heure actuelle, peu de personnes savent que, durant la Seconde Guerre mondiale, des camps ont existé à Moisdon-la-Rivière et à Châteaubriant, les camps de La Forge et de Choisel. Les camps de La Forge et de Choisel étaient extrêmement liés : dans un premier temps, le camp de Choisel sert de continuité au camp de La Forge. Puis le camp de La Forge devient rapidement une annexe du camp de Choisel... Quant aux rares personnes conscientes de cette situation, beaucoup pensent que seul le camp de Choisel a existé, et que seuls des internés politiques y ont vécu. Très peu savent qu’en réalité les camps de La Forge et Choisel ont été créés en novembre 1940, afin d’y interner non pas des résistants, mais des nomades, c’est-à-dire des Tsiganes, des forains, des vagabonds ; en bref, toutes personnes se déplaçant sur le territoire français et ne possédant pas de domicile fixe. Créé sur ordre des autorités allemandes, le camp ouvre ses portes le 11 novembre 1940 et les ferme définitivement le 13 mai 1942. Mais bien que, le 4 octobre 1940, les autorités allemandes aient ordonné la concentration des nomades circulant en zone occupée, nous verrons que ces populations ont bel et bien été internées, c’est-à-dire privées de toute liberté tels des prisonniers, et soumises aux tâches les plus ingrates.

En ordonnant la concentration des nomades résidant en zone occupée, les Allemands poursuivent la politique d’exclusion pratiquée envers ces populations dans leur propre pays. Cette politique existe depuis la fin du 19ème siècle, suite à la mise en place à Munich en 1899 d’un service de lutte contre le "péril tsigane", fondé par le commissaire Alfred DILLMAN. Lorsque les nazis arrivent au pouvoir en 1933, ils utilisent les mesures d’exclusion déjà existantes pour lancer leur politique de discrimination ethnique à l’encontre des Tsiganes : mise en place d’une politique de "lutte contre le fléau tsigane" en 1933 ; exclusion des écoles, de la fonction publique et de l’armée en 1934 ; concentration dans des camps tel Dachau dès 1936 ; mise en place de lois relatives à la protection du sang et à la création de citoyens de seconde catégorie en 1939 ; déportation vers la Pologne de mai à octobre 1940 ; … Suite à l’armistice, en France, les autorités allemandes prennent le "problème tsigane" en main. Le 4 octobre 1940, elles donnent l’ordre de concentrer les nomades se trouvant en zone occupée, les nomades étant ici assimilés aux Tsiganes. Pour les autorités allemandes, les termes "tsiganes" et "nomades" désignent un même groupe de population. Cependant, un Tsigane n’est pas forcément nomade selon la loi française ; il peut être forain. Et un vagabond, bien que nomade, n’en est pas pour autant Tsigane... Le 17, le Feldkommandant de Nantes transmet cet ordre au préfet de la Loire-Inférieure. Le camp de La Forge est créé le 7 novembre. Il ouvre ses portes quatre jours plus tard.

L’internement des nomades en France pendant la Seconde Guerre mondiale reste aujourd’hui un phénomène peu connu, bien que relativement important. Seuls quelques chercheurs ont tenté d’étudier de manière "globale" cette question, tels Denis PESCHANSKI, Jacques SIGOT, Emmanuel FILHOL et Marie-Christine HUBERT. Il existe aussi quelques travaux se limitant à l’étude d’un camp, tels ceux de Jacques SIGOT concernant le camp de Montreuil-Bellay, ceux de Marie-Christine HUBERT sur le camp de Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes, ou ceux de Pascal VION concernant le camp de Jargeau. De même, une étude a été menée par François MACÉ sur les camps de La Forge et de Choisel. Mais son approche reste globalisante, l’auteur ne s’intéressant pas seulement aux nomades internés dans le camp. Ainsi, de manière générale, l’historiographie de ces camps de nomades reste succincte, l’internement des nomades étant en partie oublié.

Dans ce contexte, il est intéressant d’étudier le camp de La Forge (et de Choisel) en s’interrogeant sur la particularité de ce camp de nomades face aux autres camps de nomades ayant existé en France durant la même période, c’est-à-dire de 1940 à 1942.

Date de création : 05/04/2009 @ 14:44
Dernière modification : 05/04/2009 @ 14:58
Catégorie : Rappels historiques
Page lue 2305 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
 
Liste des membres Membres : 13

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 3

Total visites Total visites: 157374  

Webmaster - Infos
Recherche



Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
^ Haut ^